fbpx

Comment mettre en place un processus de recouvrement efficace ?

Quand il s’agit du recouvrement des paiements en souffrance, la meilleure façon de s’assurer que tout se déroule correctement est d’avoir un système en place qui le rend aussi simple que possible.

Bien qu’il n’y ait pas de processus de recouvrement «correct» spécifique, il existe un moyen général de mettre en place un ensemble relativement simple de lignes directrices et de critères à suivre qui assureront que cela fonctionne.

Bien sûr, l’enjeu essentiel est de s’assurer que les paiements en souffrance soient payés à temps, car des dettes qui s’éternisent peuvent sérieusement nuire à la trésorerie de votre entreprise.

Avant l’échéance, vérifiez la satisfaction client

La première chose à faire est de trouver un moyen de tester la satisfaction du client. Que vous le fassiez par un appel téléphonique, par courrier électronique ou par lettre, est sans importance, pourvu que vous le fassiez.

Les clients mécontents sont susceptibles de payer en retard. Par conséquent, s’il y a un aspect de votre entreprise qui provoque des mécontentements importants chez vos clients, vous allez créer des répercussions financières pour votre entreprise.

Mettez en place ces enquêtes de satisfaction quelques jours après avoir rendu le service ou fourni le produit, et surtout quelques jours avant qu’un paiement soit dû. De cette façon, vous pouvez mettre en place le premier rappel pour ce paiement sans surprise. Par ailleurs, cela fera évoluer la qualité générale de votre entreprise.

Dès l’échéance, relancer par écrit avec compréhension

La question de la relance au moment de l’échéance est fondamentale. L’approche à faire à ce moment est essentiel, augmentant la probabilité qu’un client soit davantage coopératif et qu’il paye rapidement. Ces rappels doivent être respectueux et professionnels. Il faudra par contre exercer davantage de pression au moment où le temps passe.

Le premier avis suppose habituellement que le paiement attendu est en cours, ou qu’un retard éventuel est accidentel : le client a tout simplement oublié, ou que certains facteurs externes interfèrent pour payer à temps.

Chaque fois que vous envoyez votre premier avis, il doit simplement être un rappel sans accusations. Si le client a vraiment oublié, un simple rappel est généralement assez bon pour recevoir votre paiement. De même, votre deuxième avis de collecte devrait être tout aussi respectueux, tout simplement pour rappeler que la situation a besoin d’attention et que les choses pourraient devenir plus compliqué si elles ne paient pas bientôt.

Après l’échéance, monter la pression avec un appel

Si la facture est toujours en retard, il est temps de savoir pourquoi il n’a pas été payé. Les avis précédents peuvent être facilement ignorés ou oubliés, de sorte que vous aurez probablement besoin d’adopter une approche plus directe pour rappeler à votre client ce qui doit être fait. C’est le moment pour un appel téléphonique.

Le but de cet appel téléphonique est de savoir exactement pourquoi la facture n’a toujours pas été payé, en gardant à l’esprit que le client pourrait être dans un mauvais situation financière. Alors que vous voulez obtenir un engagement à payer, le client restera sympathique cachant ses difficultés. Par contre s’il a – ou prétend avoir – déjà payé, n’hésitez pas à vous excuser. Mais si ce n’est pas le cas, il est impératif de demander une date pour déterminer quand le paiement devrait arriver. Prévoyez dans la foulée d’envoyer un mail ou un courrier qui rappelle la discussion.

En retard, devenez insistant et ferme

À ce stade, la situation devient tendue. Mettez en place une série de rappel systématique, téléphonique ou email, car la pression marche toujours. Et envoyez un courrier plus officiel, tout en restant bien sûr respectueux. A chaque appel ou email, demander une date de règlement. Ces contacts doivent déterminer si le client peut ou non payer immédiatement. Le troisième contact est le plus important. car vous devez le présenter comme le dernier appel que vous faite. Souligner le fait que c’est la dernière étape avant de confier le dossier à votre service juridique ou à votre partenaire de contentieux. Et soulignez que vous allez devoir indiquer dans vos rapports le fait de ces retards, pouvant nuire à une éventuelle future collaboration.

Bien que ce processus soit simple, il est très efficace, et travaille à maintenir une atmosphère saine de coopération entre votre entreprise et votre client. Ce processus clair et organisé aura des répercussions immédiates sur la santé financière de votre entreprise.

4 KPI’s pour bien piloter sa trésorerie sans directeur financier

Gérer son entreprise n’est pas seulement piloter ses ventes ou ses équipes. C’est avant tout surveiller son cash disponible. Les KPI clés que nous veront, seront votre point de repère pour bien piloter votre trésorerie sans avoir besoin d’un directeur financier!

Évaluer la trésorerie et suivre le bon règlement des factures font partie de votre quotidien en tant que dirigeant d’entreprise ? Vous cherchez à comprendre comment anticiper les manques de trésorerie sans avoir une équipe financière? Si vos réponses ont été oui, cet article est fait pour vous!

Évidemment, personne ne peut concrètement prévoir l’avenir, c’est le cas aussi pour votre activité. Par contre, il est possible qu’en vous posant  les bonnes questions sur le niveau de votre trésorerie, vous pouvez prendre des décisions préventives. Cela évitera des problèmes dans les mois prochains. Vous permettre, comme il est dit, de prévenir plutôt que de guérir !

C’est la raison pour laquelle nous souhaitons évoquer avec vous les bons réflexes à avoir. Nous allons vous présenter les indicateurs financiers (KPI) essentiels à suivre pour vous aider à piloter votre entreprise. C’est un moyen de prendre les bonnes décisions qui vous permettront de positionner votre projet sur la voie du succès.

L’idée n’est donc pas d’utiliser uniquement les outils comptables, qui ne sont réellement disponibles qu’une fois par an et peuvent sembler assez compliqués.  La démarche vise à avoir les éléments utiles pour diriger la gestion de votre activité et d’en bénéficier pour adapter votre stratégie de manière la plus efficace. Ce qui veut dire qu’on vise à gérer la trésorerie sans un directeur financier, de façon regulière.

Si vous êtes une PME  vous n’avez pas forcément un directeur financier et des reportings réguliers disponibles. Il vous faut donc des indicateurs simples à élaborer et à comprendre. Lançons nous alors sur les 4 KPIs clés pour anticiper votre trésorerie si vous n’avez pas d’équipes financières.

1. La performance commerciale

Le premier critère consiste à suivre régulièrement les perspectives de votre activité par rapport à vos prévisions. Vous allez pouvoir surveiller que tout se passe bien.

Cela nous amène à parler alors du chiffre d’affaires (CA) et son suivi dans le temps, ce qui va nous conduire au premier KPI de cet article. Mais commençons par le début.

Il  faut bien savoir que le calcul du chiffres d’affaires est essentiel et est une donnée importante dans l’évolution de votre entreprise. Celui-ci correspond à la somme des ventes effectuées (biens ou services) pendant un exercice comptable. Généralement, il est calculé hors taxes (HT), mais pour la trésorerie, il vaut mieux le garder TTC. Et il vous faut définir une période. Nous vous conseillons évidemment la période la plus courte, pour bien suivre. Donc le mois nous semble être le plus pertinent. 

II est ainsi facile de le calculer, vous devez juste suivre la formule suivante: chiffre d’affaire = prix de vente * quantités vendues.

Cependant, même si le chiffre d’affaire est un indicateur intéressant pour évaluer la performance de votre activité, lorsqu’il est pris seul, il ne révèle pas grand-chose. C’est pour ça que nous considérons que le calcul de la réalisation du chiffres d’affaires (ou Performance commerciale) est un KPI important. Cette comparaison sera très utile pour évaluer la dynamique financière de votre entreprise. Son calcul est assez simple vu qu’on a déjà dit comment calculer le CA. Voilà la formule à effectuer:

Performance commerciale = chiffres d’affaires (CA) du mois passé / chiffres d’affaires (CA) prévue sur le mois passé

Le résultat obtenu vous permettra de savoir dans quelle mesure vous avez atteint votre objectif pour la période. Cela paraît simple comme calcul, mais on oublie souvent de mesurer sa performance commerciale par rapport à ses prévisions. Cet indicateur va vous forcer éventuellement à revoir vos prévisions pour les mois suivants. Et ainsi ajuster vos charges si le KPI est inférieur à 1, car vous pourrez anticiper un manque de trésorerie, en sachant que l’évolution du CA a une conséquence directe sur celle-ci. Au fur et à mesure qu’on avance, on voit que gérer sa trésorerie sans directeur financier est bien possible!

Si vous lancer votre entreprise et que vous n’avez pas encore d’historique des ventes, vous devrez utiliser les études de marché que vous avez menées sur le secteur. Ceci vous permettra d’en déduire une estimation des ventes la plus fine possible.

2. Le délai moyen de paiement ou DSO

Une fois que vous avez évalué la performance des ventes de votre entreprise, les fameuses “recettes” ou “produit”, il faut prévoir leur date d’encaissement. C’est à dire le moment où l’argent de la vente va se réaliser sur votre compte en banque et donc augmenter votre trésorerie. Cela nous permet d’en parler sur le suivant KPI:  le délais moyen de paiement (aussi appelé DSO, Days Sales Outstanding ou Nombre de Jours Crédits Client). 

Ce délai de paiement (DSO) correspond au temps que met l’argent à arriver en banque après l’émission d’une facture. Cet indicateur est très important pour les entreprises quelle que soit leur taille. C’est l’élément qui va être déterminant pour votre trésorerie, car plus vite vous êtes payé, plus vite vous pouvez investir, payer vos fournisseurs, etc. Le souci majeur, c’est que même en période de croissance, vous pouvez être amené à avoir des délais de règlement client très important. Et c’est rapidement le point de rupture car vos fournisseurs vont vous demander de payer plus vite.

Pour calculer donc ce KPI clé, il existe plusieurs méthodes. Chacune a des avantages et des inconvénients, mais le plus important est d’en choisir une seule et rester fidèle pendant plusieurs mois pour pouvoir évaluer l’évolution de votre DSO. 

La méthode comptable est la plus courante et simple à réaliser. Elle permet de déterminer le rapport entre l’encours financier (l’argent dû mais non encore payés par vos clients) et le chiffre d’affaire toutes taxes comprises (TTC). Pour son calcul, il vous faut donc 2 éléments qui doivent correspondre à une même période. Ce sont le total des factures non payés (encours total de fin de mois TTC) et le montant total facturé (chiffre d’affaires TTC, vous connaissez déjà la formule).

Après ça, il ne vous reste plus qu’à mettre en place la formule suivante:

DSO = (Encours total fin de mois x Nombre de jours dans le mois) / Chiffres d’Affaires total du mois

Le résultat que vous obtenez s’exprime en nombre de jours et indique la période moyenne de recouvrement des comptes clients. Il vous permet d’identifier les bons et les mauvais payeurs parmi vos clients.  ainsi que les actions à mettre en œuvre à vous faire payer. Concernant ce KPI, l’enjeu majeur pour bien piloter est de s’attaquer à le réduire. Pour cela, l’automatisation du back office va justement aider à optimiser ces délais et à mieux piloter votre trésorerie sans un directeur financier!

 

 bien piloter sa trésorerie sans directeur financier

3. Performance opérationnelle

Le chiffre d’affaires est vraiment un indicateur très utile (et simple à calculer) si vous savez comment l’utiliser. Maintenant, tout comme pour les ventes, vous devrez estimer vos dépenses fixes et variables pour pouvoir calculer le troisième KPI. Celui-ci correspond à votre performance opérationnelle.

Après les rentrées, il faut bien évidemment évaluer les sorties d’argent. Et surtout les  charges fixes (ou charges structurelles) qui sont celles qui restent stables malgré le niveau d’activité de l’entreprise. Ces charges sont les dépenses qui ne changent pas en fonction du volume d’activité. Par exemple le loyer, les salaires des employés, les assurances, entre autres. A l’inverse, les charges variables (ou charges opérationnelles), ce sont les dépenses qui fluctuent selon votre chiffre d’affaires ou de votre production. Par exemple la matière première, les frais d’emballage, l’électricité, les frais de transport de marchandises, entre autres. 

L’enjeu est maintenant d’évaluer si vos coûts d’exploitation ont bien été maîtrisés, notamment par rapport à ce que vous avez prévu. C’est à dire que vous allez calculer votre performance opérationnelle. Donc comme pour la performance commerciale, vous allez évaluer si vos prévisions se sont bien déroulés.

Performance opérationnelle = charges réalisées dans le mois passé / charges prévues pour le mois passé

Cet indicateur est également simple à calculer mais il est important de le surveiller chaque mois. Il va vous permettre de constater si vous dépensez plus que ce vous avez prévu. Cela vous montre une fois de plus que vous pouvez bien conduire votre trésorerie sans un directeur financier.

4. Risque client

Quand on veut bien piloter sa trésorerie, il faut anticiper les écueils importants. Ainsi assurez-vous que vous ne dépendez pas d’un nombre réduit de clients, qui s’ils deviennent vulnérables, risquent de vous entraîner dans la tourmente. Il est donc important de bien connaître le niveau de risque de vos clients.

Si vos sources de revenus sont réduites, vous devez prendre des mesures immédiatement, afin de diversifier votre portefeuille de clients et ainsi vous protéger. Si vous perdez ce client important, votre revenu mensuel s’en trouvera considérablement réduit, et vous devrez réagir très vite pour trouver d’autres clients.

L’analyse de concentration des recettes consiste dans un tableau à diviser le chiffre d’affaires de chaque client par rapport au CA total. Et ainsi de classer vos priorités d’actions pour éviter des risques de trésorerie.

Avec des outils comme Dunforce, vous avez par exemple accès immédiatement à ces ratios qui vont vous permettre de vous concentrer sur les clients dont vous êtes le plus dépendants pour votre survie cash.

 

 bien piloter sa trésorerie sans directeur financier

 

Bien piloter, c’est être vigilant

Ces différents KPI, simple à mettre en place, que vous pouvez regarder chaque mois, vont vous permettre de mieux gérer et anticiper. Car les clients qui ne respectent pas les délais de paiement et qui font perdre du temps à vos équipes de travail, les charges qui varient et qui sont mal contrôlés, peuvent modifier la santé de votre trésorerie. Donc, avoir l’oeil dessus c’est bien et à intervalles très réguliers, c’est mieux!

Tout semble plus facile après avoir vu de plus près les indicateurs importants, n’est-ce pas ? Cela vous montre qu’il est possible de gérer la trésorerie sans directeur financier!

Gérer sa trésorerie sous Excel est très utilisé aujourd’hui et c’est un bon outil pour commencer. Par contre, vous pouvez également opter un logiciel qui vous aide à améliorer votre trésorerie et en plus, gagner du temps, surtout si vous êtes une PME.  Dunforce vous permet par exemple d’automatiser vos relances client en libérant 90% du temps de vos équipes dédiés à la relance, réduit votre besoins en trésorerie de 30% !

Demandez votre démo gratuite et découvrez comment optimiser vos processus et le quotidien de vos équipes.

5 meilleures façons d’optimiser votre processus de recouvrement

Plus vite votre entreprise obtient le recouvrement de ses créances plus vite vous pourrez payer vos propres factures ou investir dans de nouvelles opportunités.

Aujourd’hui les grandes entreprises cherchent continuellement à optimiser leur processus de recouvrement dans le but d’accélérer les paiements et de solidifier leurs flux financiers.

Dans cet article vous pourrez découvrir les 5 meilleures façons de mettre en place une stratégie de recouvrement efficace et d’accélérer vos processus de paiement.

 

optimiser-votre-recouvrement

Opter pour les emails

Envoyez-vous toujours les factures de vos clients par la poste ?

En supposant que vous envoyiez les factures à vos clients dès que possible, et, ne nous voilons pas la face, ce n’est presque jamais le cas, facturer vos clients via courrier postal ralentira les paiements d’au moins quelques jours. Et ce dans le meilleur des cas.

La première étape pour optimiser votre processus de recouvrement est d’envoyer vos factures aux clients concernés via email. Non seulement vous pourrez facturer vos clients à partir du moment où le produit sera délivré ou le service rendu, mais en plus vous n’aurez pas à attendre quelques jours le temps que votre facture parvienne au client.

Envoyer vos factures par email accélèrera le recouvrement de vos créances. Toutefois, faites attention à bien respecter les normes en vigueur. Pour de meilleurs résultats vous pouvez aussi envisager de passer à une solution automatisée qui prendra en charge tous ces envois pour vous. Un assistant virtuel intelligent avertira automatiquement vos clients des diverses échéances de paiement et les relancera en cas de retard, le tout sans intervention manuelle de votre part !

C’est ici ce que Dunforce vous propose. Cet assistant virtuel intelligent relance vos clients pour accélérer le recouvrement de vos créances. Par un simple envoi de vos factures dans notre plateforme, le logiciel relance automatiquement et de manière personnalisée vos factures auprès des clients correspondant. Pour plus d’informations cliquez sur le lien suivant.

 

Faciliter les paiements au maximum

Imaginez un client pour qui payer une facture par chèque est un problème majeur. Il préfère vous régler par carte bancaire.

Vous ne pouvez forcer vos clients à vous payer avec un moyen de paiement en particulier. Plus vous leur donnez de choix et de possibilités de règlement plus ils vous paieront dans les temps.

Par exemple, plutôt que de seulement permettre à vos clients de vous régler par chèque envoyé par courrier postal, envisagez de mettre en place un portail de paiement en ligne disponible 24h / 24 et 7j / 7. Ne limitez pas vos clients à payer uniquement avec Visa. Acceptez autant d’options de paiement que possible.

Plus les paiements sont faciles, plus vite vous serez payé!

 

optimiser-votre-recouvrement

Établissez une politique de crédit

Accorder du temps et de l’importance à d’innombrables clients pour recevoir les paiements qui vous sont dûs est la dernière chose que vous souhaitez.

Aujourd’hui, les plus grandes sociétés ont détaillé leurs politiques de crédits précisant quel type de clients se verra proposer des termes généraux – et quel type de clients devra payer son compte directement et intégralement.

En établissant une politique de crédit et en vous assurant que vos employés et vos clients en ont connaissance, vous réduisez vos chances d’accorder du crédit à des clients qui sont peu disposés à vous rembourser. Tant que la politique est claire, les employés ne se sentiront pas mal à l’aise à l’idée d’accorder moins de crédit à certains clients – et les clients à qui on refuserait des actions ne se sentiront pas offusqués.

Créer un système de suivi des paiements en retard

Dans le meilleur des mondes, jamais aucun de vos clients ne paieraient leurs factures en retard. Malheureusement, cela a peu de chances de se réaliser.

De temps en temps, il peut arriver que certains clients réguliers paient en retard. Pour augmenter vos chances de paiement et ce le plus rapidement possible, il est essentiel d’avoir mis en place une procédure de suivi des retards de paiements.

Comment mettre en place une telle procédure de suivi ?

Pour commencer, envoyez des rappels de paiements à vos clients lorsque l’échéance approche. Par exemple, 15 jours avant la date d’échéance. S’ils ne paient pas à temps, continuez à leur envoyer des mails après l’échéance. Pour vous aider dans la mise en place d’une telle procédure de suivi en fonction du profil de chacun de vos clients, vous pouvez également consulter l’un de nos articles conçu spécialement pour le sujet.

Si après vos nombreux mails et appels la situation ne se décante toujours pas vous pourrez ensuite donner le relai à un agence de recouvrement ou entamer une procédure contentieuse.

Accordez des réductions pour les paiements anticipés

Aucune entreprise ne veut payer plus que ce dont elle a besoin pour concevoir ses produits ou rendre ses services.

Incitez vos clients à payer en avance en leur offrant des réductions de paiement anticipé. Par exemple vous pouvez ajouter les termes “3/10 n/30” à vos factures pour donner à vos clients qui payent dans les 10 jours une réduction de 3%. Le cas échéant, le montant total de la facture est à payer dans les 30 jours.

Vous n’arriverez surement pas à convaincre tous vos clients de profiter de la réduction, mais vous parviendrez certainement à toucher certains d’entre eux.

Finalement, votre entreprise peut réduire les risques de problèmes de trésorerie en rationalisant le processus de recouvrement et en mettant en place une solution d’automatisation de vos relances clients.

 

Pour plus de conseils et d’informations sur le sujet nous vous invitons à télécharger l’un de nos livres blancs !

 

optimiser-votre-recouvrement

Impayés ? Comment gérer au mieux les contentieux pour être payé

Une deadline dépassée et vous n’avez toujours pas reçu de paiement de la part de votre client ? Même si vous souhaitiez l’éviter, il est pourtant temps d’entamer une phase de relance contentieuse. On vous en dit plus sur les procédures à suivre en cas de contentieux afin d’aboutir au recouvrement de vos créances.

 

A quel moment entamer une relance contentieuse et judiciaire ?

Le début de votre phase de relance contentieuse commence lorsque vous décidez de mettre un terme à votre phase de recouvrement à l’amiable. Cette dernière n’ayant porté ses fruits il vous faut passer à un niveau de relance plus contraignant pour votre débiteur. Les objectifs de cette relance contentieuse sont multiples :

  • Obtenir le paiement de vos créances avant que la procédure judiciaire ne se termine.
  • Utiliser toutes les voies légales possibles pour contraindre votre débiteur de payer les sommes dues ainsi que les frais supplémentaires.
  • Conserver la bonne image et la crédibilité de votre entreprise en mettant à exécution les menaces proférées dans les relances précédentes.

Toutefois, avant d’entamer toute phase contentieuse ou judiciaire, il vous faut étudier au préalable les éventuels dommages que cela pourrait causer. Vous devez également étudier la probabilité de vous faire payer à l’issue de la procédure.

Pour déterminer les dommages vous devez prendre en compte toutes vos factures impayées. Si votre client louait ou achetait des biens ou du matériel, vous pouvez également évaluer leurs états et les éventuels coûts de réparation que cela engendrerait.

Pour évaluer la probabilité de vous faire payer à l’issue de la procédure judiciaire vous devez étudier différents aspects de la santé financière de votre client :

  • Immobilisations corporelles
  • Trésorerie disponible
  • Actifs circulants
  • Biens fonciers
  • Obligations et actions de société
  • Dettes

Si à l’issue de cette étude vous vous rendez compte qu’il est peu probable que votre client vous paye ou pire qu’il est au bord de la faillite, alors il est préférable de ne pas entamer de procédure judiciaire. Préférez plutôt revendre la dette à une agence de recouvrement.

S’il s’avère que votre client est à même de vous payer, alors différentes procédure s’offrent à vous.

gérer-au-mieux-les-contentieux

Les procédures possibles

La mise en demeure

L’envoi d’une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception constitue la première étape de toute procédure contentieuse. Doit être joint à cette mise en demeure un relevé de compte comprenant les factures dues ainsi que les pénalités de retard.

Il s’agit d’une sommation de payer. Elle n’est pas obligatoire mais cette dernière marque une limite formelle et un changement de ton de votre part.

Si la mise en demeure n’est pas obligatoire, elle reste importante. En effet, elle permet de constater juridiquement l’impayé ou le retard de paiment.

L’injonction à payer

Simple et rapide d’utilisation, l’injonction à payer est de surcroît peu coûteuse. Cette procédure est très souvent utilisée pour les factures impayées, de petits montants ne constituant donc pas de gros litiges. En effet, on utilise fréquemment l’injonction à payer  lorsque le débiteur ne peut apporter aucune contestation.

Pour pouvoir faire une demande d’injonction à payer, vous devez cependant prêter attention à un certain nombre d’éléments et veiller à respecter certaines conditions.

En fonction de la nature de votre créance ainsi que de son montant, le processus n’est pas le même.

Votre créance sera de nature civile lorsque votre client est un consommateur. Elle sera de nature commerciale si votre client est un professionnel.

De même, en fonction du montant de vos créances et de leurs natures, il vous faudra vous adresser soit au Tribunal de Proximité soit au Tribunal d’Instance soit au Tribunal de Grande Instance soit au Tribunal de Commerce.

Veillez également à fournir le formulaire administratif (CERFA) correspondant à chaque créance.

Pour vous aidez dans vos démarches et faire le point voici un tableau récapitulatif:

 

Gérer-les-contentieux

 

Une fois que le juge aura rendu sa décision vous obtiendrez une ordonnance d’injonction de payer vous permettant de mettre en place des saisies d’huissier si nécessaire.

NB : la Loi Macron prévoit une procédure simplifiée pour un montant de 25€ afin d’obtenir le recouvrement de vos créances inférieurs à 4000€. En recourant directement à un huissier de justice vous évitez de passer par le tribunal.

Pour entamer cette procédure vous devez donc faire appel à un huissier de justice qui entrera ensuite en contact avec votre client. Il l’invitera ensuite à prendre part à la procédure pour rembourser sa dette. Si votre client accepte, un accord sur le montant et les différentes modalités de paiement pourra s’établir.

Si votre client refuse et ne répond pas à la demande de l’huissier de justice, vous devrez procéder à une demande d’injonction de payer comme décrite ci-dessus.

  • À noter, il existe également une injonction de payer européenne. Aussi rapide et peu coûteuse que l’injonction de payer, elle vous permet d’aboutir au recouvrement de vos créances lorsque vos clients sont dans des pays membres de l’Union Européenne. Elle s’applique dans tous les états de l’UE sauf au Danemark.

Le référé provision

Peu coûteuse, cette procédure est davantage utilisée lorsqu’il est urgent que votre client rembourse sa dette de part un risque d’appauvrissement de ce dernier. Il vous faut donc agir rapidement. De fait, le référé provision vous permet de recevoir rapidement les sommes dues.

Toutefois, si votre client persiste à ne pas vouloir payer ses dettes vous pouvez faire appel à un huissier. Ce dernier se chargera de saisir ses biens. Vous pourrez ainsi obtenir le paiement de vos créances par la ventes de ces derniers.

Pour utiliser cette procédure vous devez être en mesure de prouver que votre client vous doit bien la somme demandée. Aucune forme de contestation de la part de votre client ne doit exister.

L’assignation en paiement au fond

Plus coûteuse, cette procédure est généralement utilisée lorsque l’injonction de payer ainsi que le référé provision ne peuvent s’appliquer. Elle peut donc s’inscrire dans la suite logique des deux procédures précédentes.

L’assignation en paiement débouche sur un procès classique qui peut donc s’étendre dans la durée.

Les mesures conservatoires

Peu connues des entreprises, les mesures conservatoires reposent sur la décision d’un juge. Dans l’attente de donner son jugement,  il rend indisponible un bien de votre client pour garantir le paiement de votre créance.

Comment prévenir les contentieux : les démarches à entreprendre en avance de phase

La première des choses à faire pour prévenir les contentieux est d’étudier le profil et la santé financière de vos clients. Ont-ils l’habitude de payer en retard ? Ont-ils des problèmes financiers ?

De cette manière vous pourrez établir une stratégie de recouvrement efficace et adaptée à chaque client. Par exemple, vous prêterez plus d’attention et relancerez davantage un client qui présente plus de risques d’impayés.

C’est en mettant en place une stratégie de recouvrement intelligente et adaptée à chaque client que vous pourrez aboutir au recouvrement de vos créances et ainsi éviter les contentieux.

Pour éviter les contentieux vous pouvez également anticiper les éventuels retards de paiement en envoyant des relances pré-échéance. Plus vous relancez vos clients de manière anticipée, plus cela leur laisse le temps de prévoir le paiement.

Dunforce, est un logiciel qui vous donne toutes les clés pour prévenir les contentieux et ainsi les éviter.

Par un envoi simple et rapide de vos factures dans notre plateforme, le logiciel relance ensuite automatiquement vos factures auprès des clients concernés. Chaque plan de relance peut ainsi être adapté à chacun de vos clients pour un suivi personnalisé.

Le logiciel étudie également le profil de vos clients et vous permet donc d’identifier plus rapidement les profils à risque.

Avec Dunforce vous pouvez donc anticiper le comportement de vos clients. Il vous suffit de programmer des relances anticipées pour prévenir les contentieux et aboutir au recouvrement de vos créances !

gérer-au-mieux-les-contentieux

 

Money 2020 invite Dunforce à Las Vegas!

Money 2020 est l’événement majeur sur l’innovation pour les banques et les Fintechs du monde entier. Il s’est déroulé cette année du 21 au 24 octobre 2018 à Las Vegas, la capitale mondiale du jeu… d’argent. Et Dunforce a été invité officiel pour présenter ses solutions d’automatisation des encaissements!

Qu’est ce que Money 2020 ?

Money 2020 c’est l’événement qui rassemble l’écosystème des banques et Fintechs qui souhaitent révolutionner le système financier en le rendant plus simple, plus efficace, plus accessible.

Money 2020 réunit celles et ceux jouant un rôle clé au sein de cette industrie, ceux qui souhaitent améliorer tous les aspects liés au paiement. Près de 15,000 personnes se réunissent pendant 4 jours, afin de confronter les visions et les outils.

En effet, c’est l’occasion d’initier de nouveaux projets et des partenariats, au-delà des frontières.

Il s’agit de l’événement phare sur le calendrier de l’industrie, avec plus de 500 intervenants, venant de 88 pays différents et souhaitant voir l’industrie évoluer en conduisant le changement dans l’avenir des paiements.

Dunforce à Money 2020

Nous sommes intervenu avec nos différents partenaires, notamment BBVA, pour présenter nos dernières expériences. Celles-ci concernent surtout le machine learning, appliqué au cycle d’encaissement. La manifestation est impressionnante par la qualité et la diversité des participants. Cela nous a donc permis de mettre en place des relations stratégiques concrètes.

À découvrir bientôt avec l’évolution de notre solution Dunforce !

 

Money-2020-Dunforce