SSII, il est temps de recouvrer votre innovation !

SSII faites vous payez

Après avoir connu une crise début des années 2010, les sociétés de services en ingénierie informatique semblent renouer avec la croissance. Les poids lourds du secteur comme Sopra-Steria ou Alten affichent des taux de croissance supérieurs à 2% sur l’année 2015. On observe même une croissance à 7,5% pour Devoteam ou encore à 6,5% pour GFI.

Les 2200 entreprises du secteur des SSII ont la caractéristique d’être, soit des très gros acteurs, soit des acteurs de taille modeste. Avec peu d’acteurs au milieu.

Mais derrière ces chiffres encourageants pour les principales entreprises, force est de constater que les difficultés persistent pour les autres entités.

 

Un secteur concurrentiel

Il s’agit d’un secteur à haute intensité concurrentielle, dans lequel il est de plus en plus difficile de se démarquer et de trouver de nouveaux débouchés. La crise n’est pas finie pour les acteurs de taille intermédiaire. Le taux de mortalité et de renouvellement des entreprises est important. De plus en plus d’entrepreneurs seuls lancent leur affaire : les barrières à l’entrée sont faibles puisqu’ils n’ont besoin que d’un ordinateur. Leur exploitation supporte peu de coûts et ils ont la capacité de se positionner sur des niches spécifiques en fonction de leur savoir-faire.

Les structures intermédiaires ont du mal à exister, tiraillées entre les petites entités ultra-légères et les grosses machines de guerre. La concurrence tire les taux de marge à la baisse, ce qui vient également peser sur la capacité d’investissement. Typiquement, les PME avec un volume d’affaires de quelques millions d’euros sont prises dans l’étau. Elles ont du mal à se différencier et à conquérir de nouveaux marchés.

 

Un poste client gourmand

Si l’on étudie en détail la structure de bilan des sociétés de services en ingénierie informatique, on constate régulièrement que le poste client prend énormément de place. En moyenne, il correspond à 44% du Total Bilan et constitue, de loin, le poste le plus important. L’autre élément que l’on remarque, c’est une moyenne sectorielle de délais de règlement clients à 88 jours. Mais plus que des délais de règlement moyens élevés, c’est leur côté volatile et bien plus aléatoire que le reste de l’économie qui est inquiétant. Les variations sont nombreuses et créent un climat d’instabilité.

Cette situation est inhérente au métier et au service bien particulier, que vendent les SSII. S’agissant d’un service informatique, le premier élément que va vérifier le client, au sujet du produit livré, concernera la qualité de celui-ci. Il retardera alors son paiement jusqu’à ce qu’il juge le produit fonctionnel et sans bug. Avec forcément quelques abus et des clients qui prétextent des défauts de qualité pour retarder le paiement final.

 

La solution Dunforce pour s’autofinancer

La gestion du poste client est un sujet sensible qui génère des difficultés de trésorerie pour ces sociétés. La régularité et la prévision des Cash-Flows sont de réels enjeux.

En parallèle, les banques traditionnelles sont de plus en plus frileuses à octroyer des financements, ce qui vient encore réduire la capacité à innover et à investir pour ces sociétés.

La solution Dunforce a justement pour objectif de permettre aux entreprises du secteur des SSII de retrouver, en interne, une plus grande capacité d’autofinancement. L’objectif est de structurer de manière plus professionnelle son poste client : en effectuant les bonnes relances clients au bon moment grâce à un plan de relance spécifique à chaque créance. Le tout, avec un tableau de bord permettant un recouvrement plus rigoureux et une meilleure visibilité sur son activité.

Il n’y a pas de fatalité, auto-financez enfin votre innovation, qui traîne depuis trop longtemps.

milan

This entry has 0 replies