Challenges modernes de l’automatisation

En cette période où l’automatisation des process en entreprise progresse fortement, faisons un arrêt sur image : à quels challenges les premiers adeptes de la digitalisation des process ont-ils dû faire face? Quels sont les nouveaux enjeux de la RPA (Robotic Process Automation) ?CTA

Les challenges de l’automatisation

L’automatisation des process dans les sociétés est encore récente puisqu’elle ne date que de 2016. Cela ne fait effectivement que quelques années, mais les choses ont très nettement évolué depuis. Il faut dire que les blocages initiaux par rapport à la RPA étaient surtout culturels : peur de la digitalisation, effroi face à la nébuleuse de l’Intelligence Artificielle, crainte de la perte d’emploi et de pouvoirs… tous ont représenté des freins très marqués au début de la RPA.

Il a fallu convaincre, justifier et prouver les atouts de la RPA, avant de pouvoir embarquer dirigeants d’entreprise mais aussi salariés dans ces changements et ces innovations.

Il faut dire que les techniques et outils des tous premiers temps de la digitalisation des process étaient très rigides, offrant notamment peu de souplesse et de personnalisation. C’est aussi ce qui dissuadait les directions informatiques dans les entreprises de s’y mettre.

En face, les contraintes de sécurité étaient aussi marquées : cela a longtemps rendu difficile la définition des process à automatiser, surtout quand les tâches concernées étaient fragmentées.

Les coûts pour utiliser ces solutions RPA pouvaient de fait paraître exorbitants et inaccessibles aux petites entreprises. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec des applicatifs souples et adaptables qui offrent des retours sur investissement rapides. C’est le cas pour des PME, par exemple en ce qui concerne le recouvrement des créances avec les solutions Dunforce.

Et, paradoxalement, l’arrivée de réglementations strictes, comme le RGPD, a représenté un challenge pour la transformation des entreprises et une opportunité pour l’automatisation des process : elle a ainsi pu accélérer l’acceptation de la RPA pour automatiser certaines tâches et simplifier la gestion, le stockage et le suivi des données. Le RGPD a ainsi donné un vrai coup de pouce à la RPA, dans le secteur des achats.

Les prochains enjeux de la RPA

Après avoir dû intégrer, en quelques années, autant de challenges, la RPA va devoir à nouveau faire face à d’autres défis : aide à la décision, facilitation pour rendre les RH plus performantes…. L’automatisation recèle d’atouts pour faire mieux, en permettant bien souvent d’optimiser les coûts, mais pas seulement.

L’homme s’est ainsi adapté et habitué à la machine en exploitant ses capacités. Il est parvenu à en tirer des gains de productivité. En face, la machine s’est aussi adaptée à l’homme en se cantonnant souvent dans les entreprises à des tâches répétitives, voire rébarbatives. Cap Gemini va même jusqu’à parler d’automatisation intelligente qui devient un vrai levier de croissance pour les entreprises.

Ainsi, l’automatisation permet d’améliorer l’expérience client, ce qui a un effet positif sur le chiffre d’affaires. Cela encourage les entreprises à s’y lancer pour se différencier de la concurrence.

Et effectivement, on voit de nouveaux secteurs s’ouvrir à l’automatisation. Les entreprises du secteur du tertiaire qui avaient rechigné à mettre en place des approches en RPA. L’IA est un formidable atout encore peu exploité pour la vente : ainsi L’Oréal teste des outils de reconnaissance vocale et des chat-bots pour améliorer son front-office. Par ailleurs, on voit des entreprises qui s’appuient sur l’Intelligence Artificielle pour former de nouveaux entrants de manière plus efficace et conviviale. commencent à se lancer.

Il est vrai que l’IA peut désormais aussi intervenir sur des tâches plus fines et complexes. Elle ouvre ainsi de nouveaux possibles pour l’automatisation : finalisation d’un processus d’achat initié sur un canal de vente différent, rapprochement des données clients pour offrir un Service Après Vente plus efficace et plus rapide…

Et dans un monde toujours plus connecté, la maîtrise de la data devient un atout pour innover mais aussi pour survivre : en connaissant mieux ses clients, l’entreprise sait comment améliorer ses produits et peut aussi identifier ceux qui sont à développer en priorité. L’IA sert ainsi à être plus innovant. Elle offre une boite à idées qui peuvent être ainsi plus vite testées pour ne garder que les plus utiles. Elle raccourcit ainsi les délais de recherche et de mise en place de nouveaux produits.

Pour conclure,

L’automatisation prend une place de plus en plus forte dans la vie des humains. Le développement de l’usage des objets connectés va dans ce sens : l’homme s’appuie sur la machine pour gagner du temps et lui rendre de nouveaux services. Dunforce s’appuie sur cette approche pour vous proposer une solution d’optimisation du suivi des factures et de la relance client : la solution constitue un véritable atout pour faire baisser les coûts et libérer du temps plus qualitatif pour vos salariés.

Laura Castello

This entry has 0 replies