fbpx
5KPIs pour piloter sa trésorerie avec une équipe financière

22 Avr, 2020 | Entreprise, Trésorerie

Avoir des indicateurs pour bien piloter sa trésorerie est essentielle. Nous vous proposons ainsi, en complément des KPI “simples” dont nous avons déjà vu les détails, les 5 KPIs qui vous aideront à anticiper la trésorerie avec une équipe financière dans votre entreprise.

Bien sûr, tout n’est pas prévisible. Parfois des événements exceptionnels arrivent, comme la  situation que nous traversons aujourd’hui à cause du Coronavirus. C’est un événement qui échappe à tout le monde mais prendre les mesures nécessaires à temps, peut faire la différence.

Avant toute chose, il faut être conscient que toutes les données clés que vous allez demander à votre équipe de rassembler doivent être basées sur une période définie. La période du mois est recommandée mais peut être ajustée selon vos contraintes. L’essentiel est d’avoir une vision de la qualité de vos revenus et de votre rentabilité.

Commençons alors avec les 5 critères clés à employer pour bien gérer votre trésorerie avec une équipe financière.

 

1. Identifier le seuil de rentabilité

Savoir si votre entreprise est rentable, c’est-à-dire si les recettes dépassent les charges, est évidemment important. Une entreprise rentable a en effet plus de chance d’avoir une trésorerie positive. Mais attention, ce n’est pas toujours le cas. Par exemple si vous devez payer vos charges plus rapidement que vous êtes payés, votre trésorerie peut devenir fragile et risquée. C’est pour ça que nous allons commencer par parler du premier indicateur qui est le seuil de rentablité.

Avant de citer la formule exacte de ce KPI, reprenons deux concepts importants: les charges fixes et variables. Souvenez-vous, les charges fixes sont celles qui ne varient pas en fonction de votre activité. Elles peuvent être représentées par le montant du loyer, assurance, honoraires experts, etc. Au contraire des charges variables qui sont celles qui varient proportionnellement avec l’activité de votre entreprise. C’est à dire, en fonction de son chiffre d’affaire, comme par exemple les coûts de fabrications, achat de marchandises, packaging, etc.

Le seuil de rentabilité peut être calculée à partir du compte de résultat, du tableau des soldes intermédiaires de gestion ou tout simplement, à partir d’une balance comptable. Il s’exprime en volume (chiffre d’affaire) ou en quantité (nombre d’unités à vendre). Et c’est là où vous commencez à avoir besoin de votre expert financier. Il saura vous donnez les données nécessaires pour mettre en place la formule suivante:

Seuil de rentabilité = charges fixes / [ (chiffres d’affaire – charges variables)]

Le résultat obtenu correspond au chiffre d’affaire que votre entreprise devra réaliser afin de couvrir ses charges fixes. A partir de X euros de chiffre d’affaires, les charges seront couvertes, ce qui vous amène à 3 scénarios possibles. 

Le premier, où le seuil de rentabilité est dépassé, ce qui signifie que l’entreprise réalise un bénéfice. Au contraire, quand le seuil de rentabilité n’est pas atteint, l’entreprise est en perte. Et un troisième cas, c’est lorsque le résultat est atteint à l’euro près et l’entreprise réalise un résultat nul.

N’oubliez pas que cet indicateur devient vraiment important lorsque vos délais s’améliorent, sur le long terme, avec des outils comme Dunforce. C’est là où le seuil de rentabilité jouera un rôle important pour bien piloter votre trésorerie (avec une équipe financière ou non).

 

trésorerie-avec-équipe-financière

 

2. Évaluer les fonds de roulement

Une fois que le seuil de rentabilité a été calculé, vous saurez vraiment où vous en êtes avec la trésorerie. Si bien l’activité vous permet de couvrir vos charges, ou bien, si vous réalisez des pertes. Maintenant, il est temps de savoir si  l’entreprise dispose des ressources suffisantes pour financer son exploitation courante. Ceci nous amène à parler du deuxième KPI: le fonds de roulement (FRNG pour Fonds de roulement Net Global).

Celui-ci correspond à la somme dont dispose une entreprise pour payer les fournisseurs, les employés, les charges de fonctionnement, tout en attendant à être payé par ses clients. Avoir ce KPI en tête, permet de piloter l’entreprise en connaissant la capacité à couvrir ses dépenses, sans avoir recours à un emprunt.

Comme pour d’autres indicateurs, il existe plusieurs méthodes pour calculer le fonds de roulement (FR). Ce qui est important c’est d’en choisir la méthode qui vous convient le plus et la mettre place pendant une période considérable. De cette façon là, vous pourrait évaluer son évolution dans le temps. La méthode que nous allons vous expliquer s’appuie sur le “haut du bilan”, qui fait réference aux éléments à long terme qui constituent le bilan.

Avant de nous lancer sur le calcul de ce KPI, il faut en parler un peu de ses composants. D’une part, vous avez les capitaux permanents, correspondant aux ressources disponibles sur le long terme pour votre entreprise. Ils constituent une partie de la colonne du passif dans le bilan comptable. D’autre part, il y a les actifs immobilisés, qui représentent les éléments du patrimoine de l’entreprise. Il est conformé par son fonds de commerce, ses brevets, ses machines et matériels utiles à la production.  

De manière plus simple, les capitaux permanents couvrent les actifs immobilisés. Ce résultat s’appelle fonds de roulement. Et voilà la formule à suivre pour son calcul:

Fonds de roulement = capitaux permanents – actifs immobilisés

Si le résultat à ce calcul est supérieur à 0, votre entreprise est en bonne santé financière. Tout simplement, elle dispose d’une marge de sécurité suffisante en terme de trésorerie. Par contre, si le résultat est inférieur à 0, vous ne disposez pas de ressources financières suffisantes pour supporter tous les investissements. A ce point là, une entreprise est dite sous-capitalisée.

 

3. Considérer les besoins de financement

Si vous avez mise en place l’antérieur KPI et votre résultat a été supérieur à zéro, ¡Bravo! Votre trésorerie est dans la bonne voie. Mais par contre, si votre résultat a été négatif, il vous convient de continuer à employer d’autres recours. Nous allons vous présenter donc le prochain indicateur qui est le besoin en fonds de roulement (BFR)

Le BFR  représente les besoins de financement à court terme de votre entreprise, résultant des décalages des flux de trésorerie qui correspondent aux décaissements et encaissements liés à votre activité. Ce KPI vous permet de connaître les liquidités dont doit disposer votre entreprise pour continuer à produire, avant de se faire payer par ses clients. C’est à dire qu’il vous indique si votre entreprise doit se financer ou non.

De façon générale, on peut considérer qu’il se définit comme la différence entre les actifs circulants et le passif circulant. En ce qui concerne l’actif circulant, il est composé par votre stock (de marchandises, de matières premières, de produits intermédiaires, encours de production, etc.) et vos créances clients. Et pour ce qui est le passif circulant, il correspond à l’ensemble des dettes de l’entreprise à court terme (dettes fournisseurs, dettes fiscales, dettes sociales, autres dettes non financières).

Le Besoin en Fonds de Roulement se calcule alors avec la formule suivante:

BFR = actifs circulants – passif circulant

En ce qui concerne le résultat, vous pouvez vous retrouver avec trois situations différentes. Une quand vous obtenez un BFR supérieur à 0, qui veut dire que votre entreprise doit financer ses besoins à court terme. Une autre, lorsque votre résultat est inférieur à 0 et aucun besoin de financement est généré par votre activité. Dans ce cas là, l’excédent de ressources permettra d’alimenter la trésorerie de votre entreprise. Et un dernier cas, c’est lorsque vous obtenez un BFR égale à 0. À ce point, votre entreprise n’a aucun besoin de financement mais elle ne possède pas n’en plus un excédent financier.

 

4. Analyser les liquidités

Maintenant que vous êtes un peu plus conscient du niveau auquel se trouve votre trésorerie grâce aux intérieurs indicateurs, parlons du quatrième KPI, qui est le Ratio de liquidité générale (current ratio). Celui-ci va tenir en compte les actifs courants (appelés aussi “actifs à court terme”) et le passif courant (ou “passif à court terme”).

Premièrement, il faut savoir que les actifs courants sont les actifs que l’entreprise converti en espèces dans un cycle d’exploitation courant. Ils sont considérés comme des liquidités.  A différence du passif courant qui inclut les dettes que votre entreprise doit payer dans son cycle d’exploitation. Souvenez-vous que la différence entre les deux constitue le fonds de roulement, dont nous avons déjà parlé.

Le Ratio de liquidité générale est un indicateur de la liquidité d’une entreprise et de sa capacité à rembourser ses dettes à court terme. Il vous permet de comparer les actifs à court terme et les passifs à court terme de votre entreprise. Vous pouvez le calculer en divisant le montant de l’actif à moins d’un an (stock compris) par le passif d’une durée équivalente. Il n’est pas difficile à calculer, mais vous aurez bien besoin de votre équipe financière pour vous assurez que le processus soit bien fait.

Voici la formule à suivre pour son calcul:

Ratio de liquidité générale = actifs courants / passif courant

Le résultat à ce calcul doit être toujours supérieur à 1, ce qui veut dire que l’entreprise peut sainement couvrir son passif courant. A l’invers, un ratio inférieur à 1 indique que les dettes à court terme dépassent les actifs à court terme. Donc, une entreprise avec ce résultat n’est pas en mesure de tenir ses engagements.

Les ratios acceptables dépendent du secteur auquel appartient votre entreprise, mais un ratio d’environ 2 est considéré comme raisonnable. La plupart des entreprises ciblent un ratio entre 1,70 et 2,0. Autrement dit, un ratio de liquidité générale supérieur à 1 équivaut à avoir un Besoin en fonds de roulement (BFR) positif (et négatif en cas d’avoir un résultat négatif).

 

5. Vérifier la capacité de remboursement

C’est le moment de citer le dernier KPI qui vous aidera à gérer votre trésorerie avec équipe financière. C’est possible que vous aviez déjà entendu parler du Ratio de liquidité Réduite (Acid-test Ratio ou Quick Ratio, en anglais) et même de l’avoir confondu avec le Current Ratio. Si ce n’est pas le cas, c’est le moment de connaître à quoi il peut vous être utile.

Utiliser le ratio de liquidité générale pour évaluer la santé financière peut résulter insuffisant pour certaines entreprises. Donc, une façon d’analyser la capacité de remboursement immédiate de votre entreprise, c’est faire appel au Ratio de liquidité réduite. Celui-ci est un indicateur pratique pour savoir à quelle vitesse votre entreprise peut faire face à ses dettes à court terme (après avoir soustrait le stock de l’actif circulant) . Ce ratio exclut les stocks de l’actif circulant car il faut généralement du temps pour convertir les stocks en liquidités.

Ce KPI est égal au rapport de l’actif circulant moins les stocks, sur le passif exigible à court terme. Voilà la formule à effectuer:

Ratio de liquidité réduite = (actif circulant – stocks) / passif à court terme

Un résultat supérieur à 1, ça veut dire que vos dettes à court terme sont couvertes par vos actifs à court terme.  Plus ce ratio est élevé, meilleure est la situation de votre entreprise. Au contraire, si lors du résultat vous obtenez un ratio de liquidité réduite inférieur à 1, votre entreprise pourrait être en péril si ses créanciers à court terme exigent de recevoir les montants qui leur sont dûs.

C’est à ce point-là que vous allez apprécier que vos clients paient leurs factures à temps. Pour cela, vous devez prendre des initiatives pour être réglé à temps. A l’aide d’un outil comme Dunforce, vous pouvez relancer sur mesure adaptée à chaque client, en éffectuant une pression à chacun, tout en respectant votre relation commeciale. Avec l’automatisation de votre processus, vous êtes dans la bonne direction pour bien piloter votre trésorerie.

 

trésorerie-avec-équipe-financière

 

Comme nous venons de le voir, la trésorerie d’une entreprise doit être au cœur des préoccupations de ses dirigeants. Avoir des indicateurs clairs et efficaces sont donc essentiels. Certains sont plus complexes que d’autres mais il est possible de bien piloter sa trésorerie. Nous espérons que cet article vous aura apporter un éclairage utile. Ce qu’il faut vraiment avoir en tête, c’est que les délais de paiements sont un écueil à éviter. C’est un processus difficile à contrôler, à la différence des dépenses par exemple. Mais avec de la rigueur et des outils comme Dunforce, vous pouvez améliorer nettement la performance et diminuer ce risque.

Articles qui peuvent vous intéresser:

Pourquoi Dunforce ? Pour favoriser la confiance, l’élément clé de l’économie. Les entreprises conçoivent, produisent, vendent, et attendent d’être payé. Elles prêtent plus d’argent à leurs clients que les banques ! Et avec près de 50 % des factures payées en retard, c’est une source de défiance pour toutes les entreprises. Avec sa solution, Dunforce restaure ce lien fondamental de confiance.

ADRESSE

5 Allées de Tourny
33000 Bordeaux, France
Tél: +33 9 723 723 70

CHOISIR VOTRE LANGUE
© Dunforce 2020

Made in Bordeaux, Barcelona & San Francisco